Chinese

Les Sinogrammes, Chinese characters!

Les sinogrammes sont les caractères chinois. Les sinogrammes se disent Hànzi (汉字) en chinois, littéralement « l’écriture de la peuple de Han ». Il y a 56 ethnies en Chine, les dialectes peut être très différents de l’un à l’autre, du coup, pour communiquer, parfois les chinois écrivent en sinogrammes pour être sûr de ne pas se tromper. Pour lire un journal chinois, il faut connaitre au moins 2 200 sinogrammes.

Il existe six catégories de sinogrammes :

Pictogramme (象形字xiàngxíng zì) : ce sont les sinogrammes qui ressemblent aux objets, aux animaux, aux certaines parties du corps…etc. Littéralement, 象xiàng veut dire ressembler ; 形xíng veut dire la forme ; 字zì veut dire l’écriture. Par exemple, 口(kǒu) est bouche qui vient de la forme d’une bouche. 人(rén) signifie personne qui vient d’une personne marchant.

Idéogramme simple (指事字 zhǐshì zì : ce sont les sinogrammes qui expriment les idées abstraites. Par exemple, 大(dà) est comme une personne ouvrant ses bras pour exprimer l’idée grand. 上(shàng) veut dire dessus, un bâton partant de l’horizon vers le haut, et 下(xià) veut dire dessous, un bâton partant de l’horizon vers le bas.

Les deux catégories ci-dessus comprennent de 256 sinogrammes simples.

Idéogramme composé (会意字 huìyì zì: ce sont les sinogrammes qui consistent au moins de deux parties (composants), qui peut être deux pictogrammes, comme par exemple 好(hăo) être bien, un pictogramme 女(nǚ) femme et un pictogramme 子(zǐ) enfant, « A la maison, s’il y a une femme plus un enfant, ça fait du bien ! ». Ou bien, deux idéogrammes simples, comme par exemple 卡(kă) être coincé, un idéogramme 上(shàng) dessus plus un idéogramme 下(xià) dessous, « On va vers le haut ou le bas ? » ; du coup, ce caractère卡(kă) donne l’idée de coincer. Ou alors, deux pictogrammes plus un idéogramme, comme par exemple 是(shì) être/ être correct, un pictogramme 日(rì) soleil, un idéogramme下(xià) dessous, et un pictogramme人(rén) personne, « une personne marche sous le soleil, elle n’a rien à cacher, ses comportements sont donc corrects », ce caractère是(shì) signifie donc être correct ; et aujourd’hui, on l’emprunte également pour le verbe « être ».

Idéo-phonogramme (形声字xíngshēng zì) : on dirait que 78% de sinogrammes d’aujourd’hui sont dans cette catégorie. Dans cette catégorie, un sinogramme se compose de deux parties au moins, dont une partie donne le sens, et l’autre donne la prononciation. Comme par exemple 妈(mā) maman, le pictogramme à gauche女(nǚ) femme est sémantique, et le pictogramme à droite 马 (mă) cheval est phonétique. Un autre exemple comme 骂(mà) gronder, deux pictogrammes 口(kǒu) bouche en partie haute sont sémantiques, et le pictogramme马 (mă) cheval en partie bas est phonétique.

Défléchis (转注字zhuănzhù zì) : dans ce type de sinogrammes, un sinogramme peut être changé la forme, le sens, ou la prononciation afin de donner un nouveau sinogramme, un nouveau sens, ou une nouvelle prononciation. Par exemple 老(lăo) vieux et考(kăo) tester/examen, la forme d’origine de ces deux caractères étaient la même, tous les deux étaient pour dire longévité. Cependant aujourd’hui, tous les deux sont différents au niveau de la forme, du sens et de la prononciation. Mais, ces deux caractères gardent quand même la partie phonétique « ao ».

Emprunts (假借字jiăjiè zì) : dans cette catégorie, un sinogramme existant est emprunté pour donner un nouveau sens. Comme par exemple, 来lái venir, dont l’origine était blé, plus tard, on a développé le sens de venir. Ou alors, 自 zì soi-même, dont l’origine était nez.

Advertisements